Au cœur de l’actualité : reportage de notre envoyé spécial à Londres pour les funérailles de la reine Elizabeth II

Passage du cortège funéraire de la reine Elizabeth II devant Buckingham Palace, Londres, le 19 septembre 2022. Crescendo /Baran Aksoy. DR.

God save our gracious Queen,

Long live our noble Queen,

God Save the Queen.

Le 8 septembre 2022. Elizabeth II, le souverain qui a régné le plus longtemps sur le Royaume-Uni, décède.

Elizabeth Alexandra Mary Windsor naît le 21 avril 1926 à Londres dans une famille aristocrate. Son père, Albert, est le duc de York et le second fils du roi George V. De base, Elizabeth n’était jamais censée devenir reine. Or, tout change en 1936, quand son oncle Edward VIII abdique et que son père est contraint de devenir roi sous le nom George VI, une chose que la famille d’Albert ne pardonnera jamais. En effet, la couronne est accompagnée de contraintes fortes et contrairement à ce que l’on pense, elle n’est pas voulue par la plupart.

Malgré cet événement inattendu, Elizabeth se prépare dès le couronnement de son père, à lui succéder. Elle sert dans l’armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale et montre que la royauté n’isole pas la famille du peuple. Pour ses 21 ans, la princesse Elizabeth prononce les mots qui résumeront plus tard son règne : “I declare, before you all, that my whole life, whether it be long or short shall be devoted to your service and to the service of our great imperial family to which we all belong.

Avec le décès de son père en 1952, Elizabeth II accède au trône alors qu’elle est en visite au Kenya. Son règne se définira par son attitude lors d’événements historiques clés tels que la décolonisation, l’entrée dans l’Union Européenne, le Brexit et le Covid-19. Elle aura 15 premiers ministres dont le premier fut Winston Churchill et la dernière, Liz Truss.

En 2022, Elizabeth II fête le Platinum Jubilee, c’est-à-dire ses 70 ans sur le trône, par de grandes festivités. Elle dépasse ainsi en longévité régnante son arrière arrière grand-mère, la reine Victoria, et devient le souverain qui aura régné le plus longtemps sur le Royaume-Uni de la Grande Bretagne et de l’Irlande du Nord.

Au crépuscule d’une longue carrière, le palais du Buckingham annonce le 8 septembre 2022 que les médecins de la reine sont inquiets de la santé de Sa Majesté. Le soir même, on annonce qu’elle est décédée au Château de Balmoral, à Aberdeenshire, en Écosse. La nation est choquée. Des foules se regroupent devant le Palais de Buckingham, la résidence officielle du monarque à Londres. Le Royaume-Uni pleure la perte de cette grande figure. On entend entre autres des phrases telles que « Notre chère grand-mère est morte » ou « L’Angleterre ne sera jamais pareil ». 

Dès le décès de la reine, son fils le prince de Galles, Charles, devient roi sous le nom de Charles III. Un des changements qu’implique ce décès intervient immédiatement : l’hymne national qui était jusqu’alors God Save The Queen se transforme en God Save The King, et la foule devant le palais à Londres entonne cette nouvelle version.

Le décès est également suivi par une longue période d’obsèques, séquence qui fut préparé dès l’ascension de feu la Reine, et connue sous le nom de London Bridge (un nom similaire, Hyde Park Corner, avait été donné aux obsèques de feu le Roi George VI).

Une période de deuil est annoncée jusqu’au septième jour qui suit les funérailles de la Reine, celles-ci ayant lieu le onzième jour suivant son décès. Le cercueil de la Reine est emmené d’abord à Édimbourg, la capitale de l’Écosse où il est exposé au public. De longues queues se forment. Puis, il part à Londres, où il est exposé pendant cinq jours dans le Palais de Westminster, le bâtiment dans lequel siège le Parlement britannique. La queue pour voir le cercueil est longue de 5 km, avec un temps estimé d’attente de 35 heures. Malgré cela, 250.000 personnes font la queue et rendent un dernier hommage à leur Reine bien-aimée.

Le matin du 19 septembre, le jour des funérailles, les portes du Parlement se ferment aux visiteurs pour préparer les services funéraires. 

Je me lève ce jour-là à 5h du matin pour aller devant le Palais de Buckingham, là où passera la Procession à l’issue du service. Je suis en première ligne, tout devant. Emplacement parfait pour témoigner de ce moment historique.

Les leaders mondiaux tels que Joe Biden, le président des Etats-Unis, et Emmanuel Macron, le président de la république française, assistent aux funérailles de Sa Majesté. Le cercueil est emmené en Procession de l’abbaye de Westminster au Wellington Arch. La Procession est très longue, son passage dure 45 minutes. Après avoir attendu plusieurs heures, je vois enfin, à la fin de la procession, le cercueil qui est suivi par Sa Majesté le roi Charles III, sa femme, ses frères et sa sœur, ses fils William et Harry, leurs conjointes et leurs enfants. La marche funèbre est jouée par la fanfare. Tout le monde, à côté de moi pleure. Je suis également ému et je mesure la chance que j’ai de pouvoir assister à cet événement historique.

A l’issue de la Procession à Londres, le cercueil est emmené dans la ville de Windsor, 45 minutes en dehors de Londres où la souveraine est enterrée à côté de son père George VI, sa mère Elizabeth, la reine-mère, et son époux, le duc d’Édimbourg Philippe.

Le décès de la Reine Elizabeth II implique de grands changements pour le Royaume. Changement d’hymne, de monnaie, de pièces, de timbres mais aussi de tout ce qui porte le signe EIIR (Elizabeth II, Regina) ou Her Majesty, dont les uniformes de la police et des militaires, mais également les passeports des britanniques. 

De grands projets sont mentionnés par les parlementaires, comme l’érection d’une statue d’Elizabeth II sur la Place Trafalgar, au centre de Londres, et l’idée de rebaptiser l’aéroport Heathrow en aéroport Reine Elizabeth II. 

Une ancienne tournure dit : « Le roi est mort, vive le roi ». La monarchie ne réside pas en la personne de la reine ou du roi, mais en la succession et la stabilité. Elizabeth II est morte, mais elle est aussitôt remplacée par Charles III. Le roi rend hommage à sa beloved mama (maman bien-aimée) dès son accession et déclare qu’il suivra ses pas tout au long de son règne. Cependant, de nombreux observateurs soulignent que le règne de Charles III restera toujours dans l’ombre de celui de la Reine Elizabeth, que certains commencent déjà à appeler « Elizabeth the Great », c’est-à-dire « Elizabeth la Grande ». Cette accession se fait également au milieu des débats qui ressurgissent pour transformer le Royaume Uni en une République, ce qui pourrait mettre un point à mille ans de monarchie sur l’île. Il ne nous reste qu’à observer la marche de l’histoire.

God Save The King.

Les obsèques de Sa Majesté la Reine Elizabeth II devant le Palais de Buckingham à Londres filmés par l’équipe de Crescendo – 19.09.2022 /Baran Aksoy. DR.
Plus de publications

Laisser un commentaire