Décès du peintre français Pierre Soulages

Pierre Soulages, le peintre dit le “maître de l’outrenoir” est décédé d’une insuffisance cardiaque à l’hôpital de Nîmes, dans la nuit du 25 au 26 octobre 2022, à l’âge de 102 ans. Ce peintre mondialement connu s’est trouvé pendant toute sa carrière au carrefour de l’obscurité et de la lumière, et n’a cessé d’explorer ses beautés.


Une vie qui se confond avec son art

Pierre Soulages est né le 24 décembre 1919 à Rodez dans une famille d’artisans. Après la mort de son père, il peint ses premiers paysages qui vont lui permettre de préparer les concours d’entrée aux Beaux-Arts. Mais le peintre préfère se former à Montpellier où il rencontre son épouse, Colette Laurence.

Se rapprochant d’un nombre d’écrivains, il découvre ainsi de manière plus profonde l’art moderne. Après la Libération, le couple s’installe à Paris en 1947. Soulages choisit de travailler avec de l’humble brou de noix, utilisé pour teinter le bois, et des brosses de peintre en bâtiment, ce qui le différencie de la peinture abstraite particulièrement appréciée à cette époque. Même s’il lui est difficile de peindre au début de la Seconde Guerre mondiale, il est convaincu du caractère indispensable de cette activité. Dans les années 1950, ses toiles entrent dans les plus prestigieux musées du monde comme le Guggenheim de New York ou la Tate Gallery de Londres. Il rencontre les principaux représentants de l’École de New York, dont Mark Rothko qui devient son ami.

L’outrenoir de Soulages


Dès les premières expositions de Soulages, on remarque le trait abstrait de ses œuvres. Lorsqu’elles étaient apparues, ces œuvres n’avaient peu de points communs avec la technique appréciée du moment. L’abstrait de Soulages est caractérisé par une sobriété chromatique alliée avec une fluidité de formes. Il bascule dans “l’outrenoir” en 1979, il réalise qu’il doit désormais l’exploiter, et chercher désormais au delà du noir: « Ce qui m’intéresse, c’est la réflexion de la lumière sur les états de surface de cette couleur noire, états de surface qui varient ».

Éteint cet octobre, Pierre Soulages laisse derrière lui une œuvre impressionnante exposée aujourd’hui dans les plus grands musées d’art moderne du monde, en témoigne son exposition du printemps dernier à l’Opera Gallery de New York. Sa perte, si douloureuse soit-elle, est compensée par la richesse de l’héritage artistique qu’il laisse à la postérité.

Article mis en page par Selim Günes

Plus de publications

Laisser un commentaire