La Criminologie

La criminologie est une étude très intéressante qui peut donner une perspective différente à une personne . Ce domaine qui est psychologiquement basé sur l’empathie, a le pouvoir de changer une vision et apprend à comprendre toutes sortes de personnes. Il s’appuie sur des connaissances sociologiques et fait l’étude d’un crime. Finalement, il fait des recherches biologiques et judiciaires afin de trouver des informations concrètes. Nous allons donc analyser cette étude qui est un mélange de plusieurs domaines. Après avoir défini ce domaine, nous allons voir sa naissance et son histoire. Finalement, nous  prendrons un exemple : nous examinerons de près l’enfance d’une criminelle, Aileen Wuornos, pour essayer de comprendre sa mentalité.

Comprendre la criminologie 

Commençons par définir simplement cette étude qui est complexe : la criminologie est une discipline scientifique qui consiste à comprendre la nature, la psychologie, le développement et les causes qui poussent une personne ou une société à commettre un crime. Le but de la criminologie est de faire de l’empathie avec un criminel, pour pouvoir comprendre pourquoi cette personne agit ainsi, afin de trouver des solutions permettant de régler le problème présent. Cette étude s’affaire non seulement à décrire chacune des facettes du phénomène criminel, mais aussi à les comprendre et à les expliquer.

Pour pouvoir comprendre et expliquer cela, la criminologue doit faire des recherches approfondies sur la vie de la personne en question pour pouvoir collecter le maximum d’informations, d’où elle va ensuite faire un lien entre le crime commis. Or, il faut bien préciser que la criminologie n’insiste pas uniquement sur la psychologie, elle regroupe également des études comme la sociologie, la biologie et le droit.


La naissance, l’histoire de la criminologie

Au début, c’est-à-dire au milieu du XIXe siècle, la criminologie était d’abord un discours sur le crime, la criminalité. Elle est née vers la fin du XIXe siècle à Rome. Si nous devons citer un événement détaillé, nous pouvons donner l’exemple du premier congrès international fait à Rome en 1885. Ce congrès porte sur la théorie de « criminel-né » de Lombroso qui est un médecin et criminologue. D’après Lombroso,  les criminelsnés sont ceux qui présentent le plus fréquemment les caractères organiques et psychologiques mis en lumière par l’anthropologie criminelle. Dans sa théorie, il défend la thèse selon laquelle la « délinquance» serait nettement plus fréquente chez certaines personnes porteuses de caractéristiques physiques, ce qui montrerait le caractère inné de certains comportements. Cette conférence nous montre les premières racines de la criminologie naissante. 

Celui-ci est officialisé avec la mise en place d’une œuvre réalisée par Cesare Lombroso. Cette œuvre s’appelle L’homme criminel et est publiée en 1887.

La diffusion de cette étude est ainsi faite grâce à la mise en place de l’école italienne de criminologie en Italie. Cette école est apparue à la fin du XIXème siècle et est fondée par Cesare Lombroso, Enrico Ferri et Raffaele Garofalo.


 De plus, depuis le siècle des Lumières, d’une part des juristes comme Beccaria, Faustin, Hélie s’intéressent aux sanctions que l’on doit réserver aux coupables. Nous avions, d’autre part, des médecins qui cherchent à comprendre et à traiter l’esprit criminel comme Pinel. Tous ces acteurs ont eu un impact au niveau du développement de la criminologie, dans la direction de la compréhension du criminel. Les noms comme Lombroso, Ferri, Lacassagne, Dallemagne, Garofalo sont considérés comme les précurseurs de cette étude. Ajoutons également l’utilisation du terme « criminologie » pour la première fois par un médecin anthropologue français du nom de TOPINARD.  

C’est ainsi depuis le XIXe siècle, que la criminologie est considérée comme une étude scientifique, sociologique et psychologique. La criminologie qui est la science dont l’objet est constitué par tout ce qui touche le phénomène criminel, englobe les sujets comme l’étude de  la violence physique ou morale, la criminalité en général, le criminel, la victime, la relation entre le criminel et sa victime, la place des victimes dans un processus criminel, les traces de lutte pendant le déroulement du crime, la réaction sociale face à un crime et ainsi de suite. Or évoquons également le fait que la criminologie, objet d’étude qui s’appuie sur plusieurs objets, a fait face à des difficultés au niveau du développement méthodologique et la mise en place d’une certaine autonomie scientifique. 

Pendant cette période, des transformations au niveau des domaines criminelles ont eu lieu; par exemple, la biologie criminelle, un domaine propre, a changé son nom pour devenir la bio-criminologie. Quant à  la sociologie criminelle, elle s’est transformée en criminologie sociologique et finalement la psychologie criminelle a cédé sa place à la criminologie psychologique. Ces branches qui forment la criminologie d’aujourd’hui, se sont donc unies sous le nom ‘criminologie’ pour la première fois au XIXe siècle. 


L’étude d’Aileen Wuornos 

Le portrait d’Aileen Wuornos

Prenons l’exemple de Aileen Wuornos qui est une criminelle très connue mondialement. Aileen a eu une enfance très troublée. Sa mère, Diane Wuornos, avait 15 ans quand elle a épousé son père, Leo Dale Pittman, qui souffre de schizophrénie. Pittman a été emprisonné à cause des accusations de viol de mineurs. Un peu plus tard, il s’ est pendu dans sa cellule. Lorsque Aileen eut quatre ans, sa mère l’abandonna avec son frère Keith à ses grands-parents. Or, le grand-père était un homme alcoolique, qui allait traumatiser Aileen dans les années suivantes. A 14 ans, Aileen est violée par un ami de la famille, et elle a conçu: l’enfant a été porté à une institution et sera adopté un peu plus tard. Quelques mois après la naissance du bébé, Aileen quitta l’école, sa grand-mère mourut de l’insuffisance hépatique et son grand-père la mit à la porte. Voici quelques événements vécus durant son enfance.

Nous voyons qu’elle n’est pas née dans un milieu familial exemplaire et qu’ elle n’a pas reçu une éducation de ses parents qui étaient eux-mêmes incapables de lui prodiguer des soins: sa mère était elle-même une enfant et son père était psychiquement instable. Irresponsable, sa mère l’abandonne. Son grand- père alcoolique, a sans doute eu des impacts très négatifs sur elle. De plus, subir un viol rend la situation encore plus désagréable. En bref, les criminels sont généralement des personnes qui ont fait face à des événements traumatisants, tragiques et pathétiques qui les poussent à commettre des crimes comme nous le constatons dans le cas d’Aileen.

 Or je voudrais insister sur le fait que causer un crime est une action grave et répréhensible qui doit être pénalisée. Ici notre but n’est pas de défendre un meurtrier, cela est incontestable. Notre but est d’essayer de comprendre la personne qui est en face de nous et de mettre en cause les raisons possibles liées à ce crime, en analysant son enfance qui nous donne des informations incontournables pour appréhender la  formation de son caractère. 

Lorsqu’on observe la vie des criminels, nous pouvons voir que la plupart d’entre eux ont vécu des événements touchants et malheureux. Nous pouvons en conclure que les traumatismes vécus à un très jeune âge peuvent provoquer une tendance plus forte  à la violence chez certaines personnes comme Aileen Wuornos. 


Nous avons vu que la criminologie rassemble plusieurs disciplines dans le but d’analyser et de comprendre un crime. 

Elle a une part sociologique qui peut plaire à des personnes intéressées par la sociologie, un côté biologique qui peut plaire à des personnes intéressées par la biologie et un côté psychologique et juridique qui pourrait séduire les passionnés de psychologie et de droit comme moi.

Illustration de couverture de Noa Bensusan
Article mis en page par Arif Kılınç

Illustration de Noa Bensusan. DR.

Plus de publications

Laisser un commentaire