Dérèglement climatique, ce qui nous attend dans les temps à venir : rapport de l’ONU

NDLR : Article d'archive remis en ligne (cf. Crescendo no. 5, novembre 2021 "20 ans, rien comme avant")

Alors que le monde subissait un traumatisme climatique cet été, un rapport très important de 3949 pages a été présenté à Genève. Pour la première fois, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat de l’ONU a exprimé clairement et directement que « le climat change partout dans le monde, c’est l’homme qui en est responsable ».

Fin juin, l’ouest du Canada subissait l’effet d’un « dôme thermique » causé par des hautes pressions emprisonnant l’air chaud. Le 30 juin, un record de température de 49,6 degrés a été battu dans la ville de Lytton. Les États américains de Washington et de l’Oregon ont également été touchés par la même vague de chaleur. Alors que des incendies de forêt ont été enregistrés en Europe et en Turquie, des inondations catastrophiques se sont produites en Europe, en Chine et en Inde. Des centaines de personnes ont perdu la vie à cause du temps extrêmement chaud, des incendies et des inondations. Selon les scientifiques, le changement climatique a augmenté la probabilité que cet événement se produise au moins 150 fois.

L’humain, qui est le principal responsable du réchauffement climatique, est arrivé à un carrefour quant au choix de réviser les politiques environnementales qu’il suit. Selon le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) intitulé « Changement climatique 2021 : la base de la science physique », l’humanité provoque incontestablement le réchauffement climatique et aggrave durablement l’état de la planète. Il est indiqué que le rapport, soutenu par 195 gouvernements, est un code rouge pour l’humanité et que certains effets climatiques risquent d’être irréversibles. L’augmentation des catastrophes naturelles dévastatrices telles que les incendies de forêt, les sécheresses et les inondations rappelle également d’une manière choquante à l’humanité les aspects négatifs du changement climatique.

L’humanité est confrontée aux effets du changement climatique plus fréquemment maintenant. Les températures augmentent, les cycles de précipitations sont différents, les glaciers fondent et le niveau moyen des mers augmente dans le monde. Une grande partie du réchauffement est due à l’augmentation observée des concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère en raison des émissions provenant des activités humaines. Bien que la réduction et la prévention de ces émissions soient d’une grande importance pour atténuer les effets du changement climatique, le rapport indique que l’augmentation des concentrations de gaz à effet de serre a commencé dans les années 1750 et a provoqué le changement climatique dans le processus en cours. 

Les principales conclusions du rapport

– Les scientifiques n’ont aucun doute que la planète se réchauffe en raison des activités humaines. Celles-ci sont la cause des changements rapides et à grande échelle qui se sont produits dans le climat de la planète. Certains de ces effets sont irréversibles.
– Les scientifiques démontrent clairement la nécessité de lutter à court terme contre les gaz à effet de serre autres que le CO2. Les émissions de gaz méthane, à fort effet de serre, sont particulièrement préoccupantes dans ce contexte.
– Il est prévu que la vie naturelle sur Terre souffrira d’un réchauffement supplémentaire. Il est donc avancé que la capacité des écosystèmes terrestres et océaniques à nous aider à résoudre le problème climatique est limitée.
– Si nous voulons arrêter le réchauffement, les décideurs doivent mettre en œuvre des plans d’émissions nettes zéro. Les technologies de stockage du dioxyde de carbone en dehors de l’atmosphère font partie des outils importants des plans d’émission nette zéro. Cependant, il est indiqué que l’utilisation de ces technologies ne sera efficace et bénéfique que si elle s’accompagne de réductions d’émissions rapides et profondes.
– Les projections du bilan carbone, un moyen simple d’évaluer la charge supplémentaire de CO2 que l’atmosphère peut supporter, ont été améliorées depuis les rapports précédents. Mais les améliorations des calculs scientifiques montrent qu’il n’y a pas de changement à grande échelle dans le bilan carbone restant.

Ce rapport comprend des scénarios et des effets sur le réchauffement climatique ainsi que des conclusions. Mais dans tous les scénarios réalisés, il est prévu que la planète se réchauffera d’au moins 1,5°C. Même dans le scénario où les mesures les plus ambitieuses sont prises dans le cadre de la réduction des émissions, d’ici les années 2030, la planète se réchauffera de 1,5°C, dépassant encore ce que le secrétaire général de l’ONU António Guterres a interprété comme « une alarme rouge pour l’humanité ».

Comment avons-nous changé la planète ?

  • Un bon nombre des conséquences du changement climatique sont en cours, en particulier les changements dans l’océan, les calottes glaciaires et le niveau mondial des mers, qui sont devenus irréversibles sur des périodes allant d’un siècle à un millénaire.
  • L’ampleur et l’état actuel des récents changements à l’échelle du système climatique sont sans précédent depuis des milliers d’années.
  • Au cours des 10 dernières années, le niveau de la banquise arctique a chuté à son plus bas niveau depuis 1850.
  • Plus nous dépassons le seuil de 1,5°C, plus grande est la probabilité que des risques imprévisibles et graves se produisent dans notre monde. Ces seuils critiques, qui ont un effet irréversible, peuvent se produire aux échelles mondiale et régionale, même pour des valeurs de réchauffement hautement probables dans les scénarios d’émission considérés. Les réactions soudaines et les seuils critiques qui peuvent se produire dans le système climatique, tels que la fonte rapide de la calotte glaciaire de l’Antarctique et l’assèchement de la couche supérieure du couvert forestier, sont considérés comme impossibles à distinguer.
  • L’élévation mondiale moyenne du niveau de la mer a augmenté plus rapidement depuis 1900 qu’à aucun autre moment au cours des 3000 dernières années.
  • La fréquence d’occurrence des vagues de chaleur marine a doublé depuis les années 1980. La contribution de l’influence humaine aux vagues de chaleur marine survenues depuis 2006 semble hautement probable.
  • Considérant que les glaciers des montagnes et des régions polaires continueront de fondre pendant des décennies, voire des siècles, la libération de carbone piégé dans la couche gelée dans l’atmosphère à la suite du dégel a un effet irréversible compte tenu de la période millénaire qui a nécessité la formation de cette couche.
  • En raison de l’incertitude des processus de la calotte glaciaire, le fait que l’augmentation du niveau de la mer à l’échelle mondiale dépasse la plage possible de 2 mètres en 2100 et 5 mètres en 2150 ne peut être ignoré dans le scénario où les émissions augmentent le plus.
  • L’élévation du niveau de la mer devrait se poursuivre pendant des centaines de milliers d’années, même dans les feuilles de route les plus ambitieuses pour lutter contre le changement climatique.

Augmentation des incendies et des inondations

Depuis la publication du rapport d’évaluation, il y a eu des mises à jour importantes sur les preuves d’événements météorologiques extrêmes causés par le changement climatique. Grâce aux nouvelles avancées de la science associative, au sein de laquelle sont évaluées comment les activités humaines affectent certains événements météorologiques, les scientifiques peuvent montrer clairement comment nous contribuons à l’augmentation de la probabilité et de l’intensité des chaleurs extrêmes, des précipitations, de la sécheresse et des cyclones tropicaux.

Une grande partie de la planète est exposée à une chaleur extrême, y compris des vagues de chaleur. Ces régions comprennent l’Amérique du Nord, l’Europe, l’Australie, la majeure partie de l’Amérique latine, les côtes occidentales et orientales de l’Afrique australe, la Sibérie, la Russie et toute l’Asie. L’occurrence de la chaleur extrême récente est considérée comme extrêmement improbable en l’absence d’influence humaine.

Nous avons des informations plus limitées sur la sécheresse. Cependant, nous avons déjà suffisamment de preuves pour suggérer que les côtes ouest et est de l’Afrique australe, la Méditerranée, le sud de l’Australie et la côte ouest de l’Amérique du Nord sont confrontées à des sécheresses croissantes. Certaines parties de l’Europe du Nord, de l’Amérique du Nord et de l’Afrique australe sont exposées à des précipitations plus intenses. Cependant, davantage de données sont nécessaires pour généraliser l’augmentation des précipitations. Même la moindre augmentation du réchauffement est d’une grande importance. La fréquence et l’intensité des changements prévus aux extrêmes augmentent avec chaque contribution supplémentaire au réchauffement climatique. 

Les événements météorologiques extrêmes entraînent une augmentation des températures et des sécheresses : l’intensité et la fréquence des températures extrêmes, qui sont rares en l’absence de réchauffement anthropique, augmentent à un rythme sans précédent.

Les événements de précipitations extrêmes devraient devenir plus fréquents. En plus de l’augmentation des précipitations, on estime qu’il y aura une augmentation significative de la quantité de précipitations tombant à la surface lorsque des précipitations se produisent.

La feuille de route zéro émission devrait être mise en œuvre immédiatement

Les avertissements du Groupe d’experts intergouvernemental sur le climat (GIEC) donnent des dimensions plus sérieuses. Selon le rapport, des changements à grande échelle dans le climat de notre planète se sont produits en raison des activités humaines, et certains de ces effets semblent irréversibles. Selon l’analyse du GIEC, il n’existe aucun scénario où le seuil de 1,5°C n’est pas dépassé. Même dans le scénario le plus ambitieux, une fois ce seuil franchi, la température moyenne ne redescendra à 1,4°C que vers la fin du siècle. Mais pour limiter la hausse des températures à 1,5°C, les gouvernements doivent réduire de moitié leurs émissions d’ici 2030. Par conséquent, les plans climatiques doivent être rendus plus ambitieux et les feuilles de route zéro émission nette doivent être placées au cœur des efforts rapides de réduction des émissions. Cependant, même si l’émission de gaz carbonique nocif dans l’atmosphère est radicalement réduite, il ne semble pas possible d’empêcher l’augmentation de la température de 1,5 degré par rapport à la période préindustrielle. Le GIEC prévient que 2°C de réchauffement climatique seront dépassés au XXIème siècle si des mesures ne sont pas prises. Le rapport indique que sans des réductions rapides et profondes des émissions de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre au cours des prochaines décennies, atteindre les objectifs de l’Accord de Paris de 2015 « ne sera pas possible ».

Augmentation des technologies propres, de l’énergie propre et des zones boisées

Alors que le rapport du GIEC se concentre davantage sur les inconvénients du réchauffement, les scientifiques espèrent que si nous pouvons réduire de moitié les émissions mondiales d’ici 2030 et atteindre des émissions nettes nulles d’ici le milieu de ce siècle, nous pourrons arrêter et éventuellement inverser la hausse des températures. Mais pour cela, les mesures nécessaires doivent être prises et mises en œuvre clairement. Atteindre le zéro net implique de réduire autant que possible les émissions de gaz à effet de serre en utilisant des technologies propres, puis d’enterrer les émissions restantes à l’aide de technologies de capture et de stockage du carbone ou de les absorber en plantant des arbres. L’augmentation des efforts de boisement partout dans le monde gagne en importance.

Nous devons revoir complètement nos politiques environnementales

Si les politiques climatiques actuelles sont maintenues, on pense que le réchauffement climatique atteindra 2,7°C d’ici l’an 2100, avec les prévisions les plus optimistes. Cela signifie que l’avenir de l’humanité est menacé dans un large éventail de domaines, des effets dévastateurs des catastrophes naturelles aux migrations massives et aux problèmes de santé. Les grands incendies de forêt, les inondations en Europe et en Chine, les vagues de chaleur en Amérique du Nord et la sécheresse extrême à Madagascar sont parmi les exemples actuels très concrets de cette situation.

Comme le disent certains scientifiques, il est possible d’inverser cette tendance cataclysmique. Afin de protéger notre avenir, c’est désormais une obligation incontournable pour nous que de revoir complètement nos politiques environnementales en suivant les appels des scientifiques…

Iris Djezairli
Plus de publications

Laisser un commentaire